Recettes par catégories

Lait d’amande

Les 3 B : un bon, blanc et beau « lait » d’amande maison avec 100 g d’amandes et quelques minutes disponibles. En prime avec l’okara (pour en savoir plus sur l’okara) : une recette de fromage végétal cru avec ferments

Ingrédients :

100 g d’amandes bio crues

1 litre d’eau filtrée ou minérale (j’aime choisir une eau riche en magnésium* pour mes « laits »)

Facultatif : une pincée de sel et/ou une cc de sirop d’agave et/ou une capsule de lécithine

Matériel : un blender et un filtre (celui-ci est parfait : sac à lait)

Préparation :

Une demie journée avant de préparer votre lait (au moins 12 heures et si un peu plus, changer l’eau une fois), mettre les amandes à tremper dans de l’eau filtrée (pas celle servant à réaliser le « lait »). Cette étape est indispensable car elle permet d’une part de faire pré-germer vos amandes (d’où la nécessité qu’elles soient crues), de les attendrir pour extraire un maximum de nutriments et également de bien ramollir leur peau.

Vos amandes ont pris un bon bain : arroser une plante avec l’eau de trempage et décoller la peau des amandes en poussant entre votre pouce et votre index comme si vous vouliez séparer les 2 lobes de l’amande. Cette étape nécessite quelques minutes de patience mais donne un lait blanc au goût plus doux et moins âpre que si vous laissiez la peau, ce qui est tout à fait envisageable si vous aimez un lait plus corsé et que vous manquez de temps ou de courage (10 minutes maximum pour les 100 g, dans un saladier d’eau juste tiède pour être agréable, c’est encore plus facile…).

Mettre vos amandes et, si vous le souhaitez, une pincée de sel ou un peu de sucre (exhausteurs de goûts naturels, je n’en mets pas mais peux comprendre…) dans votre blender en complétant entre 500 et 750 ml d’eau. Le fait de ne pas mettre toute l’eau vous permettra une plus grande facilité de filtrage et de remplissage de votre bouteille. Le lait « maison » sans additif se décante en plusieurs phases nécessitant une petite secousse avant utilisation. Pour palier à cet inconvénient (mineur, je m’en contente !), rajouter une capsule de lécithine pure. Mixer 5 secondes à petite vitesse, 10 secondes à moyenne et 3 fois 20 secondes à puissance maximum avec une pause d’autant de temps entre les 3 (pour ne pas chauffer vos amandes qui ainsi resteront crues et garderont tous leur bienfaits). Posez votre filtre au dessus d’un récipient haut et non étroit ou directement dans la bouteille si elle possède un goulot large (comme la mienne !). Filtrer votre lait en pressant bien le sac pour récupérer tout le liquide. {ce sac est parfait car en nylon, avec des coutures très solides, un lien super pratique, il filtre parfaitement bien et se lave très facilement.} Si vous ne possédez pas de sac spécifique, un linge propre au dessus d’une passoire au dessus d’un saladier fera l’affaire, il faudra bien veiller à ne pas laisser s’échapper d’okara pendant le pressage sous peine de devoir recommencer tout le processus. Il ne doit vous rester qu’une masse très compacte après filtrage d’environ 85 g. Transvaser dans une bouteille en verre et compléter d’eau à niveau pour obtenir un litre de boisson.

Réfrigérer si vous ne l’utilisez pas immédiatement. Votre boisson peut devenir très mousseuse après pressage, dans ce cas, réfrigérer et compléter à un litre avant utilisation. Se garde quelques jours, bien bouché, au frais.

Un inconvénient (le seul) : il n’aime pas être bouilli, juste frémissant. Si vous souhaitez quand même tenter l’ébullition tout seul, ajouter 1 cc d’huile de coco ou de tournesol pour éviter la séparation des phases.

* : il est important de savoir que ce type d’eaux participent beaucoup a rendre le « lait » biphasique. Donc, si vous préférez un « lait » bien homogène, privilégiez de l’eau du robinet filtrée



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *